Apaise ta relation à l’alimentation !

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email

Prendre soin de soi grâce à l'alimentation

respecter son corps en mangeant bien
prendre soi de son corps
prendre soin de soi avec la nourriture

Aujourd’hui j’ai envie d’aborder un sujet délicat avec toi : prendre soin de soi grâce à l’alimentation. Bien que cette tournure de phrase semble agréable, elle englobe tout un tas de réalités, de comportements ou d’émotions qui le sont parfois moins.

L’alimentation peut devenir un levier formidable vers plus d’amour et de tendresse envers soi. Cela dit, je n’ignore pas pour autant qu’elle peut aussi être source de difficultés et de souffrance.

La belle nouvelle, c’est que rien n’est figé.

Nous adoptons toutes des comportements alimentaires plus ou moins conscients et plus ou moins problématiques. Les déceler, les accueillir et les comprendre peut mener, petit à petit, à une assiette plus apaisée.

La nourriture comme refuge

Beaucoup de troubles alimentaires prennent racine dans un besoin (souvent inconscient) de réguler ses émotions. Ces comportements jouent un rôle modérateur en :

  • procurant des sensations là où les émotions ne peuvent exister ;
  • ou, au contraire, en devenant un système auto-calmant, voire anesthésiant, là où il y a un trop plein d’émotions.


C’est le cas de l’hyperphagie par exemple. L’hyperphagie est un trouble du comportement alimentaire qui pousse à manger trop (manger quand on n’a pas d’appétit, quand on est rassasiée, manger la nuit, ou grignoter de manière régulière, etc.).

Pourquoi ?

Parce que nous avons besoin de ressentir des émotions agréables pour survivre.

  • Dans notre cerveau, les circuits neuronaux appétitifs (de récompenses) guident nos actions et nos choix dans le but de générer des émotions de plaisir.
  • À l’inverse, nos circuits aversifs nous protègent et nous prémunissent de souffrances ou sources de danger, en nous envoyant des signaux émotionnels désagréables (comme la peur ou la tristesse), nous poussant alors à chercher le soulagement.


Dans les deux cas, nous pouvons ressentir beaucoup de difficultés à trouver une réponse émotionnelle adaptée. Il peut y avoir mille et une raisons à cela. Alors, manger est parfois la seule solution à disposition.

Difficile de prendre soin de soi grâce à l’alimentation dans ces situations. Je connais ça.

Les comportements addictifs et troubles alimentaires

Si nous avons grandi dans un environnement stable, sécurisant et rassurant, nous avons plus de facilités à accepter les émotions de plaisir livrées par le monde extérieur.

En revanche, si nous avons plutôt connu l’insécurité, il devient très difficile d’accueillir et de ressentir ses émotions. Le malheur devient souvent ce repère rassurant, connu, où rien n’est à perdre ni à attendre.

Or, ressentir des émotions agréables nous rend vivantes.

L’une des réponses les plus courantes est alors la réplétion gastrique : le fait de manger en quantité excessive.

Pourquoi ? Parce qu’elle vient combler. Là où il y a un manque, la nourriture en excès comble et remplit. Elle apaise. Avoir le ventre très plein nous met dans une bulle rassurante et auto-calmante.

On peut alors vite tomber dans un schéma addictif, à la recherche de sensations pour contourner le manque d’émotions agréables.

D’ailleurs, sais-tu différencier les émotions des sensations ?

un esprit sain dans un corps sain

Alimentation, émotions et sensations

Voici les principales différences entre émotions et sensations :

  • les sensations sont contrôlables, auto-engendrées avec un début et une fin / les émotions, elles, sont totalement hors de contrôle, dépendantes du monde extérieur et des autres ;
  • les sensations sont intenses / les émotions peuvent être douces et plus subtilement percevables ;
  • les sensations sont renouvelables à l’infini et quand bon nous semble / alors que les émotions agréables arrivent et repartent sans que nous ayons notre mot à dire.


En clair, afin de nous protéger, nous provoquons des sensations là où les émotions agréables nous font défaut.

Ça te parle ? Hum… je sais, pas très agréable.

Il s’agit bien souvent de se préserver, plutôt que de prendre soin de soi. Mais la limite est parfois fine et difficile à discerner.

Prendre soin de soi grâce à l’alimentation

Alors, je t’invite à observer tes comportements afin de les identifier et les comprendre. Prendre soin de soi grâce à l’alimentation passe d’abord par une phase d’observation et d’acceptation. Cela va prendre un peu de temps, évidemment.

Alors, arme-toi de patience et de bienveillance. La culpabilité n’a pas sa place ici. Comme je te le disais dans l’intro, rien n’est figé. Tout est amené à bouger, quand tu le souhaites, et à ton rythme.

Si tu éprouves l’envie de te réconcilier avec ton assiette et prendre soin de toi à travers la nourriture, voici quelques petites actions que tu peux mettre en place, au fur et à mesure :

Se faire accompagner étape par étape

Si ta relation à l’alimentation est complexe, je t’invite également à trouver du soutien dans une thérapie. Cela pourra t’aider à mieux comprendre tes émotions et tes comportements alimentaires, mais également à trouver un soutien professionnel.

Quoi qu’il en soit, ne reste pas seule. Entoure-toi, parles-en autour de toi si tu en ressens le besoin. Tu peux même inviter une personne de ton entourage à prendre soin d’elle grâce à l’alimentation en même temps que toi pour vous motiver et vous soutenir.

Mon livre « Mon assiette et moi » peut-être un super point de départ pour mieux comprendre l’alimentation émotionnelle, les mécanismes du cerveau, ou encore les solutions pour apaiser son alimentation. Il te donnera aussi des tonnes d’idées de recettes pour manger sainement et chouchouter ton corps de l’intérieur.

 

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site internet utilise des cookies pour un moment fabuleux :-)

Get Product Sample & Free Consultation With Our Experts

Maecenas imperdiet ac lacus ac convallis. In urna lorem, pellentesque id sagittis lacinia, vestibulum metus, vitae hendrerit.