Apaise ta relation à l’alimentation !

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email

3 mythes sur l’alimentation saine

les croyances autour de l'alimentation saine
3 mythes sur l'alimentation saine
mythes sur l'alimentation saine

Scoop : il existe beaucoup de mythes autour de l’alimentation saine.

Hum… non, ce n’est pas un scoop. Ça tu le savais déjà. 

Chaque jour, je reçois des messages de femmes qui me demandent comment s’y retrouver. Parce que aujourd’hui, on entend tout et son contraire et c’est parfois difficile de démêler le vrai du faux.

Entre les infos entendues et répétées sans être vérifiées, les nouveaux régimes conseillés par la cousine, LE complément alimentaire qui a changé la vie du beau-frère, etc., on s’y perd.

Alors dans cet article, j’ai envie de m’attaquer à 3 mythes autour de l’alimentation saine. Ensemble, on va essayer de comprendre ce dont le corps a réellement besoin, pourquoi il est important de nuancer ses croyances, et ce qui est le plus important dans une alimentation équilibrée.

Mais avant tout, une petite mise au point rapide. On passe aux mythes juste après.

“Disclaimer” : mise au point rapide

Nous n’avons jamais (ou rarement) les mêmes problèmes que notre voisine
Prenons par exemple les intestins. Même si les douleurs ou les inconforts peuvent se ressembler, les pathologies sont multiples. D’où l’importance d’obtenir un diagnostic médical précis avant d’entamer un quelconque changement alimentaire.

Parce qu’entre :

  • le syndrome du côlon irritable ;
  • une intolérance ;
  • une allergie ;
  • une maladie auto-immune ;
  • une prolifération bactérienne ;
  • une dysbiose intestinale ;
  • etc., etc.


les origines sont différentes et les solutions le sont tout autant.

Donc, je déconseille vraiment l’auto-médication. On ne modifie pas drastiquement son alimentation sans des conseils précis émanant d’un professionnel de santé bienveillant et informé.

Qu’on se le tienne pour dit 🙂

Passons maintenant aux fameux 3 mythes…

Mythe n°1 : les fruits et légumes frais sont meilleurs pour la santé que les surgelés

J’aurais envie de dire que c’est une croyance presque « logique ». En effet, si je regarde de beaux fruits et légumes frais, ils me donnent plus envie que leur version surgelée, emballée dans du plastique. Ils semblent plus colorés, plus juteux, plus goûteux, plus frais. Et pourtant…

Les produits frais

Prenons l’exemple d’une pomme. Quand elle vient d’être cueillie, elle est délicieuse et généralement bourrée de nutriments. Mais, quand elle stagne au rayon du supermarché ou du magasin bio depuis plusieurs semaines, il n’en est plus rien.

Souvent même, pour anticiper la durée du transport jusqu’aux points de vente, elle est cueillie alors qu’elle n’est pas encore mûre, ce qui altère son goût et sa teneur en nutriments.

De plus, les végétaux sont sensibles à la lumière, à la chaleur et à tout ce avec quoi ils entrent en contact. Il y a donc de fortes chances pour que la pomme s’abîme en chemin à cause :

  • des plastiques ;
  • de l’air et de la pollution ambiante ;
  • des cagettes de transports ;
  • etc.


De plus, si elle ne provient pas de l’agriculture biologique, elle sera en plus traitée avec des produits chimiques (notamment pour faciliter son mûrissement).

Bref, ça donne moyennement envie, dit comme ça.

Les produits surgelés

Si nous regardons du côté des produits surgelés, qu’est-ce que ça donne ?

D’abord, il est intéressant de noter que les fruits et légumes destinés à la congélation sont cueillis lorsqu’ils sont bien mûrs. Ils gardent ainsi tous leurs nutriments.

Ensuite, ils sont stockés et congelés immédiatement. Inutile de les traiter avec un produit de mûrissement. Peu importe le temps entre la récolte et la dégustation, ils ne sont pas altérés par le transport.

Mais est-ce vraiment aussi bien que le frais ?

Les solutions

Dans un premier temps, je t’invite à privilégier les fruits et légumes frais bios, locaux, de saison, provenant de circuits courts. Cela va non seulement diminuer le temps entre la cueillette et la consommation mais également le nombre de substances sur lesquelles les végétaux vont être posés.

Si consommer bio n’est pas une option (pour une raison ou une autre), alors, je te propose les produits :

  • lyophilisés ;
  • séchés ;
  • congelés ;
  • lactofermentés ;


Mon conseil : un mix des 2 : frais et “surgelés – lactofermentés – séchés”

les mythes sur l'alimentation saine

Mythe n°2 : mieux vaut manger cru que cuit

Je ne sais pas toi, mais moi j’ai souvent entendu dire qu’il valait mieux manger cru que cuit. Or, ce n’est pas tout à fait vrai. À nouveau, cela dépend des situations.

Il est vrai que manger cru permet de préserver les nutriments. La cuisson a tendance à en abîmer certains comme a vitamine C qui est endommagée  au-delà de 60°.

Cependant, manger cru est plus agressif pour l’intestin notamment quand on souffre d’une pathologie intestinale.

Dans ce cas, les cuissons douces sont une option très intéressante. 

Mon conseil : une cuisson vapeur à basse température de quelques secondes à 1 ou 2 minutes, ce qui permettra d’attendrir les fibres, de garder un maximum de nutriments et ne pas créer de toxines. 

Mythe n°3 : il faut éviter les céréales, légumineuses ou oléagineux à cause de l’acide phytique

L’acide phytique est un des éléments anti-nutritionnels qui peut se trouver sur l’enveloppe des grains (oléagineux, céréales, légumineuses). C’est vrai qu’il empêche l’assimilation de certains nutriments et peut, chez certaines personnes, rendre la digestion plus difficile.

Pourquoi ? Parce qu’il va se lier aux autres minéraux (comme le fer, le zinc, etc.) et créer des phytates. Or, notre corps ne sait pas décomposer les phytates et ne va donc pas être en mesure d’absorber ces minéraux.

Cependant, il existe plusieurs manières simples d’éliminer l’acide phytique des grains :

  • les faire tremper avant de les consommer (une nuit) ;
  • (si tu n’as pas le temps de les laisser tremper) bien rincer à l’eau claire avec éventuellement un peu de bicarbonate ;
  • ou torréfier légèrement au four à 100 degrés (cela va enlever une part de l’acide phytique).


La cuisson et la germination aident également à détruire les phytates.

De plus, les légumineuses, céréales et oléagineux ne sont pas uniquement composés d’acide phytique. Ils contiennent aussi beaucoup d’autres nutriments très intéressants pour le corps. Il serait donc dommage de s’en passer !

Mon conseil: faire tremper aussi souvent que possible, sinon, bien rincer ou légèrement torréfier.

Les mythes sur l’alimentation saine

As-tu appris quelque chose avec cet article ?

Je sais que les mythes ont la vie dure. Ce qui me semble important, c’est de nuancer ses croyances et de les remettre régulièrement en question. Chaque personne est unique et a ses spécificités. Ce qui est vrai pour l’un, ne l’est pas forcément pour l’autre.

Ton parcours vers l’alimentation saine doit s’adapter à toi, à tes besoins, mais aussi à tes goûts.

Et si tu cherches un petit coup de pouce pour trouver des idées de recettes simples, saines et gourmandes, tu vas adorer mon Pack chic & sain, spécialement dédié à un démarrage en douceur

3 fausses croyances sur l'alimentation saine

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site internet utilise des cookies pour un moment fabuleux :-)

Get Product Sample & Free Consultation With Our Experts

Maecenas imperdiet ac lacus ac convallis. In urna lorem, pellentesque id sagittis lacinia, vestibulum metus, vitae hendrerit.