en deux mots ou presque

Qui suis-je?

Gourmande, battante, différente...

Ma relation au monde et à mon assiette a été douloureuse très longtemps. Je dirais depuis ma naissance jusqu’à mes 38 ans… C’est long. Très long.

Je souffrais de me sentir différente. J’ai beaucoup ramé dans tous les sens pour m’en sortir.

Aujourd’hui, je me sens épanouie, libre et gourmande.

Personnel

Je n’ai pas souvent fait les choses comme tout le monde. Je ne m’en vante pas, je ne m’en veux pas. J’ai simplement appris à accueillir cette réalité.

Mais je dois bien vous avouer que ça n’a pas été simple, tant dans mes relations qu’avec mon boulot. Je doutais en permanence de ce que je faisais, de qui j’étais et de ce que je voulais. Je n’avais jamais aucune certitude intrinsèque, il me manquait toujours quelque chose, comme si j’étais incomplète.

Je me suis posé beaucoup de questions sur moi, mon fonctionnement, mes « défauts », j’avais tout le temps la sensation que pour être heureuse, il fallait que je change et que je devienne meilleure.

Je dois bien avouer que j’en ai beaucoup souffert. Je compensais avec un tas de trucs dont la nourriture évidemment.

Puis, à force de bosser sur moi en thérapie, j’ai peu à peu acquis ma sécurité de base, celle qui fait qu’aujourd’hui je me sens sereine, libre et confiante.

Mes relations sont apaisées, je suis passionnée par mon boulot auquel je donne peu à peu la juste place et je suis maintenant connectée au monde qui m’entoure, à ma façon.

Le chemin n’est pas terminé et heureusement, cela voudrait dire que je ne suis plus… Aujourd’hui j’accueille chaque étape de route comme un cadeau, je choisis mes pensées et je vis chaque instant (ou presque) avec une intensité et une connexion qui me rendent heureuse.

PS: J’adore toujours autant les « gougouilles » (petites sucreries pleines de colorants) que quand j’étais enfant, mes préférées sont celles à l’anis et à la violette.
PS2: la randonnée a joué un grand rôle dans mon travail d’introspection.

Professionnel

Licenciée en sciences humaines, j’ai beaucoup galéré pour trouver ce que j’avais envie de réaliser de ma vie. On peut dire que j’ai pas mal slalomé: milieu boursier, pharmaceutique, gastronomique.

Je choisis en 2007 d’ouvrir un restaurant (7&3, cuisine instinctive en mode bio) et je bosse comme une dingue.
Je bosse d’ailleurs tellement que je finis par vivre un burnout en 2010.

Je me recentre et je me tourne alors vers la nutrition (EPM Nutrition, CERDEN, Nutrition Cellulaire Active). Pour affiner mon approche, j’apprends les audits nutritionnels auprès de Taty Lauwers.

Mon travail personnel en psychothérapie nourrit mon désir de plus en plus grand de devenir thérapeute. Je me forme donc parallèlement en Gestalt-thérapie (IBG), en EMDR (Intégrativa) et je démarre une formation en sensori-moteur mais ça ne rencontre pas mes attentes donc je stoppe après le 1er cycle.

Je découvre ensuite la psychologie corporelle intégrative et là, coup de foudre, je me lance. Je suis actuellement en 2e cycle de formation à l’IPCI

Formée en Mindful Eating par Jan Chozen Bays et Char Wilkins, je finis par trouver ce fameux premier pilier d’une alimentation joyeuse et sereine.

Manger peut être du plaisir et de la convivialité, des rencontres et des découvertes, une question de santé ou d’apprentissage mais cela peut aussi prendre le tournant de la souffrance, physique ou morale. C’est pourquoi j’ai voulu comprendre les mécanismes et les rouages du corps à qui parfois on laisse peu de place et appréhender les différentes relations archaïques influençant notre vie et notre rapport au monde.

Mes années de formation et ma thérapie personnelle (que je continue) m’apportent une compréhension plus globale des différents rapports, sans cesse renouvelés, que l’on peut créer avec la nourriture.

Remarque

Vu la polémique sur la reconnaissance des titres en nutrition et en psychothérapie, je tiens à préciser que je ne suis pas diététicienne et que mon approche n’est pas celle-là. Je suis reconnue comme psychothérapeute et c’est ainsi que j’exerce.

Mes consultations sont basées sur un accueil de votre situation et de vos difficultés ainsi que la mise en place d’un accompagnement émotionnel.

Je ne vends pas de produits, je ne place pas de compléments alimentaires, je n’effectue pas de diagnostic, je ne donne pas de règle ou de grille alimentaire. Je travaille en collaboration avec plusieurs nutrithérapeutes et médecins quand j’estime qu’une prise de sang ou une approche nutritionnelle me semble nécessaire.

Je suis en supervision continue.