Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email

Comment gérer son stress ?

Gérer son stress est probablement un de nos plus grands défis pour le moment…

Quelle que soit notre situation, c’est pas franchement folichon.

Ça fait des mois qu’on vit des retournements de situation qui nous obligent à nous ajuster au quotidien mais aussi parfois carrément dans nos projets de vie.

Honnêtement, y a de quoi stresser, même si on est de nature plutôt calme.

Y a pas de solution miracle, mais en ajustant nos habitudes, on peut s’apaiser. Et qui dit moins de stress, dit moins de grignotages et de compulsions et donc… moins de stress !

Alors, j’ai interviewé Linda Gray, auteure du livre « Donnez du goût à votre santé », pour avoir son avis de nutrithérapeute et des outils concrets.

Comment savoir si je suis stressée?

Pour moi le stress est un état intérieur qui se voit ou non à l’extérieur. 

Certaines le gardent en dedans, d’autres l’expriment à tout va. 

On peut aussi le confondre avec l’anxiété qui pour moi est plus un état d’esprit, une tendance à envisager le pire. 

Du coup j’aime bien utiliser quelques repères, prendre le temps de me poser les bonnes questions. 

Pour celles qui ont des doutes, il existe un questionnaire reconnu dans le domaine : « le stress perçu de Cohen » qui permet de faire le point si on ne parvient pas à se poser les bonnes questions. 

Mais en général, on commence à sentir le stress par son irritabilité, sa perte de patience accrue, ses troubles du sommeil, ce sentiment d’être dépassée et parfois, la présence de grignotages ou de compulsions.

J'ai entendu dire qu'il y avait plusieurs sortes de stress?

Oui c’est vrai…

On distingue le stress aigu que moi j’apparente à la vague de panique, du stress chronique dans lequel on peut baigner au quotidien. 

Pour le stress aigu, qui est en général passager, suite à une émotion, une grosse contrariété ou un choc, on peut mettre en place des stratégies de respiration abdominale avec une main sur le thorax et l’autre sur le ventre qu’on fait gonfler comme un ballon, ainsi on s’assure de respirer correctement, profondément. 

On peut mesurer sur une échelle de 0 à 10 son degré de stress, réaliser ce test de respiration pendant 3 minutes et réévaluer après si on se sent déjà moins stressée, quitte à recommencer encore une fois ou jusqu’à ce qu’on se sente mieux. 

On peut accompagner cette pratique d’huiles essentielles apaisantes qu’on aura chauffées sur la paume des mains et qu’on respire en même temps, comme la camomille noble ou la lavande vraie.

La stratégie est-elle différente pour le stress chronique?

Disons qu’il s’agit d’une stratégie plus globale. On peut y inclure des exercices de respiration et des huiles essentielles, mais se débarrasser d’un stress chronique implique de sortir d’une certaine routine qui va bien au-delà d’une intervention ponctuelle.

Il y aurait une assiette anti-stress ?

Oui, on peut dire ça! 

Il existe des aliments anti-stress reconnus comme le chocolat noir mais au-delà de ce cliché qui pourrait représenter une excuse à tous les abus, on se référera plutôt à la chronobiologie nutritionnelle pour adresser un stress chronique. 

En effet, nous suivons le rythme d’horloges biologiques orchestrées par nos neuromédiateurs, or l’assiette moderne n’est pas alignée avec les besoins du corps et de l’esprit. 

On reviendra donc à une assiette plus favorable incluant un petit-déjeuner protéiné et un repas de fin de journée contenant des glucides complexes pour favoriser relaxation et bien-être.

Si tu as besoin d’un coup de pouce pour démarrer en cuisine chic&saine sans te prendre la tête, découvre mon pack avec ses recettes sans lait ni gluten pour une alimentation équilibrée, gourmande, qui respectent la chronobiologie nutritionnelle!

👉 Je découvre le pack de recettes

Et bouger dans tout ça, ça aide non ?

Tout le monde sait que l’exercice physique libère des endorphines à l’effet relaxant, antalgique et anxiolytique. 

Mais pas besoin d’être une grande fan de sport pour mettre en place des stratégies de mouvement qui auront un effet sur le stress. 

La pandiculation (qui consiste à s’étirer comme un chat) ou le simple fait de se lever de son bureau toutes les heures pour effectuer 100 pas est déjà bénéfique. 

Bien entendu une petite marche dans la nature aura un effet plus apaisant et bénéfique pour votre santé métabolique et cardio-vasculaire.

Y a-t-il d’autres choses qu’on peut faire aussi chez soi au quotidien ?

J’aime bien la « cohérence cardiaque 365 » qu’on trouve en application ou simplement sur le web. Il s’agit d’une boule qu’il suffit de suivre visuellement en adoptant une respiration profonde et rythmée pendant 5 minutes plusieurs fois par jour. Par ailleurs, l’effectuer avant les repas peut vraiment aider à manger en conscience. Cela permet du coup d’être plus consciente de sa faim et de ne pas manger au-delà de ses besoins.

D’autres pratiqueront des séances de « lâcher-prise », de « yoga méditatif » ou encore de « pleine conscience » ou de « pensée positive », à chacune d’explorer et de trouver ce qui lui parle à elle.

Mais pour faire baisser le stress, on ne peut pas « prendre quelque chose » tout simplement ?

Oui bien entendu, à côté de ces stratégies il existe des solutions micro-nutritionnelles (magnésium, vitamine du groupe B, vitamine D, zinc), des chronobiotiques pour une meilleure synchronisation des horloges (tyrosine, tryptophane, mélatonine) ou encore la phytothérapie avec les plantes adaptogènes (rhodiole, safran) et psychotrope (aubépine, passiflore) sans oublier l’axe intestin-cerveau avec les psychobiotiques, car le lien entre notre cerveau et nos intestins est essentiel (il nous reste en la matière encore beaucoup de choses à découvrir.)

Quoi que vous fassiez, je vous invite à consulter un professionnel de santé compétent pour faire un bilan et vous guider dans l’univers des compléments alimentaires. Ça vous évitera des pertes de temps et ainsi que les conséquences d’une auto-médication potentiellement inadéquate.

Merci Linda pour ton avis et ces précisions!

Et personnellement, j’ai aussi envie d’ajouter que le stress chronique est la conséquence d’une inadéquation entre nos besoins et la réalité. Prendre quelque chose « tout simplement » reviendrait à mettre un couvercle sur une casserole de lait qui chauffe, on sait ce qu’il finit par se passer. 

Comment toujours, je conseille d’envisager la situation de façon globale et d’envisager aussi un travail de fond, que ce soit avec un thérapeute, un coach ou tout autre professionnel compétent dans cette problématique.

Si tu galères avec ton assiette et que tu cherches des pistes concrètes, le livre de Linda « Donnez du goût à votre santé » se trouve en magasins bios et dans toutes les bonnes librairies!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Get Product Sample & Free Consultation With Our Experts

Maecenas imperdiet ac lacus ac convallis. In urna lorem, pellentesque id sagittis lacinia, vestibulum metus, vitae hendrerit.